Fréderic Forest

 COMMENT ASSUMER SON DESIR ? Question délicate. Impudique, pour certains. Le mot "assumer" lui-même semble trop brutal. Déplacé. Le désir, c'est l'intime. C'est logé quelque part dans le corps. Le désir fait partie de nous. Il bat dans nos artères, compose de la musique de notre corps. Et pourtant.

         A l'heure présente,  hommes et femmes meurent à cause de leur désir à quelques kilomètres de nous en Tchétchénie. En France - et ailleurs - on peut craindre d'être ce que l'on est : les rangs des victimes de violences ne dégrossissent pas. Quand la désignation n'est pas injurieuse, elle est vécue comme un carcan par ceux qui la subissent.

        Notre société a un problème à résoudre avec l'homophobie. Le scandale des humiliations médiatiques régulièrement orchestrées par le chroniqueur Cyril Hanouna dans l'émission TPMP en est la preuve. Pour moi, il n'est qu'un exemple d'une non-acceptation latente de l'homosexualité et toutes les sexualités qui ne sont pas basées sur le modèle hétérosexuel.

      Je suis en colère.L'homophobie est une des composantes malheureuses de notre société. Mais ce n'est pas acceptable. J'ai donc pensé qu'il était plus que nécessaire d'agir à ma manière en publiant sur le blog. D'abord, contre ces violences qui ont pour objet le désir, afin de rappeler (hormis interdit anthropologique) qu'il est merveille.

Frédéric Forest

     Le désir aimante nos vies. Il en est la force, il nous donne vitalité. Evidez-nous de notre désir, de nos désirs, et nous ne sommes plus qu'une enveloppe de chair désertée. Passer à côté de son désir, c'est passer à côté de sa vie. Et il faut du courage pour suivre cette boussole fébrile. Et il n'en a pas un mieux qu'un autre. Le désir n'est pas aussi simple que les étiquettes identitaires qu'on voudrait lui épingler.

HOMOSEXUEL       TRANSSEXUEL     HETEROSEXUEL    LESBIENNE    GAY     PANSEXUEL

 

       Ces identités de groupes sont devenues des outils pour montrer du doigt et souvent pour stigmatiser. Ils constituent des sources d'amalgame et de catégorisation brutale. Mais l'identité est plus fine que tous ces noms. Je rêve de noms poétiques pour nommer le désir. Je rêve qu'on ne désigne plus quelqu'un seulement par son identité sexuelle ("Il est gay." -"elle est lesbienne"). Le désir mérite qu'on s'intéresse à lui, tant il est ancré dans nos vies sur le plan social, intellectuel, politique, ou encore religieux.

     Mais ma révolte a déjà été bien mieux que moi  façonnée en des oeuvres : des supports d'émotion. 

    Frédéric Forest

         Pour ce premier post d'une série consacrée au désir et à l'homosexualité, j'ai choisi de donner la parole à des voix. Comme je l'ai expliqué dans mon post sur Christiane Taubira, j'ai une affection toute particulière pour la radio. Les créations radiophoniques de France Culture et Arte Radio en sont le coeur.

   Sur des sujets aussi importants, notre société a besoin qu'on lui laisse la parole. Découvrez donc ces quatre voix qui parlent de leur désir, de la construction de leur vie,  avec vérité et sincérité.

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

COMIN IN : OSER DEVENIR QUI ON EST

 

HOMOPARENTALITE

Sujet sensible qui hérisse les partisans d'une famille traditionnelle, porté au micro tout pudiquement par Laure Chatrefou

GENRE

L'identité sexuelle : une composante intime et sociale, dont l'imaginaire ancré est à repenser.

AIMER A VINGT ANS

La découverte de soi et de la sensualité, et toute pudeur.

Retour à l'accueil